Comment capter l’attention des élèves ?

Enseigner requiert des trésors de patience, d’énergie et d’inventivité. Afin de dispenser un enseignement efficace il faut savoir captiver son auditoire. Le professeur doit faire face à différents niveaux d’attention. Ils fluctuent fortement vers le bas au fil de la journée et de la semaine !

Les stratégies à mettre en place ne manquent pas.

Sur le terrain, elles impliquent notre corps tout entier, tant la gestuelle adoptée que la tonalité de notre voix… Sans prétendre à une liste exhaustive, révisons quelques points importants qui permettent de capter l’attention de nos élèves.

Une ambiance de classe propice au travail

Un pré-requis : le retour au calme

La mise en condition de travail commence avant même d’avoir franchi le pas de la porte de la classe. Dès la première heure de cours, ou au retour de la récréation, les élèves sont encore agités d’avoir couru et crié dans la cour.

Leur demander de se mettre en rang et attendre le silence, est un moment formel rappelant que désormais, l’esprit doit être focalisé sur l’apprentissage. L’un de mes collègues commence sa journée de cours en faisant écouter un morceau de musique. Il présente brièvement l’oeuvre, l’interprète… outre, les effets thérapeutiques connus de la musique, cela lui permet d’ouvrir le dialogue sur un ton détendu. Dans l’esprit des élèves, ce premier contact dans la classe reste un moment marquant : « le lieu classe est un endroit pour travailler mais qui cependant doit resté un lieu agréable« . L’enfant doit pouvoir penser : « mon professeur est une personne normale qui aime lui aussi la musique« , la reprise se fait en douceur.

Maintenir le calme

Le niveau sonore augmente, je hausse la voix.

Cela repart quelques minutes après, et je crie de plus belle !

A ce rythme là, je n’ai plus de voix à midi.

On a naturellement tendance à essayer de couvrir le bruit environnant par un son encore plus fort.

Cependant, cela devient vite fatigant pour notre organe vocale, pour nos nerfs, sans pour autant être efficace.

Dans notre classe, nous sommes le modèle.

Tous les gestes, tous les sons émis, tout est observé, analysé par les élèves. En élevant la voix, le seul message que reçoit l’élève est qu’il doit l’élever également. Partant de cette observation, il est simple de mettre en place des habitudes afin de conduire correctement la classe.

Le non verbal a autant d’importance que le verbal.

Demander à un élève de diriger son regard sur le tableau, tout en le fixant dans les yeux, est un ordre contradictoire pour lui. L’inviter à le faire en dirigeant soi-même son regard dans la bonne direction, en pointant le tableau du doigt est plus logique et approprié. Nos jeunes élèves sont la plupart kinesthésiques, ils sont plus sensibles à la perception des mouvements, que leurs aînés plus auditifs. La gestuelle doit être en renfort de la voix, je dirais même synchronisée à elle. Mettre en place un jeu de gestes contribue à instituer un code au sein de la classe. Les élèves se l’approprie au fil de l’année.

A terme, un seul geste suffit parfois pour obtenir l’attention de toute la classe.

Attirer l’attention

Après les activités en autonomie, il est nécessaire de reprendre le contrôle pour apporter des points de corrections ou des compléments dans les consignes.

Voici la méthode que j’applique, et qui s’avère efficace dans la majorité des cas. Je commence à repérer le moment où le bruit baisse pour lancer mon injonction.

Le niveau sonore de ma voix est choisi de manière à être suffisant pour bien couvrir le brouhaha.

Là, je marque une pause de quelques secondes, puis je reprends en murmurant la consigne suivante.

Cette technique fonctionne très bien.

Quelques claquements de mains en soutien, parviennent à rétablir l’attention dans les phases les plus critiques.

Captiver les élèves avec sa voix

On a tendance à l’oublier, enseigner devant une classe c’est parler devant un auditoire. Et dans ce contexte, les règles de bases de la prise de parole en public s’appliquent parfaitement à la manière dont en devrait s’exprimer devant nos élèves.

Plusieurs points sont à surveiller pour capter, et maintenir l’attention lorsque nous parlons. Une respiration contrôlée et calme est primordiale. Elle influe directement sur le débit des mots, et la longueur des phrases.

On a tendance dans le feu de l’action, et lorsqu’une bonne idée surgit, à accélérer afin de ne pas perdre le fil. Il faut au contraire étirer sa communication dans le temps, faire des pauses entre les phrases pour reprendre son souffle.

Cela laisse un temps de réflexion aux élèves et accentue ainsi l’efficacité du message. L’attention de l’élève est circonscrite à une idée simple sur un laps de temps adapté à sa compréhension.

Le timbre de la voix doit être mis à contribution. Lors des consignes ou des explications, j’adopte une voix avec peu de modulations en baissant d’un ton sur la fin de la phrase. Un peu comme le font, les présentateurs de journaux télévisés. Par contre dans tous les autres cas ne pas hésiter à jouer sur toute la gamme de notes offerte par votre voix.

On ne manquera pas ainsi de marquer les mots importants, notamment dans les leçons de vocabulaire.

Rendre le cours intéressant

Préparer, préparer, préparer…

Avoir planifié dans son esprit le déroulement des activités proposées à nos élèves permet de faire face aux impondérables. Lorsque je prépare le déroulement d’une séquence pédagogique, je m’imagine toujours dans la classe. Cela me permet de concevoir les documents à remettre aux élèves, et simultanément ceux que je vais projeter.

Cela permet également de repérer les mots à mettre en valeur. Je réfléchis à la disposition de la classe, et comment me positionner dans celle-ci. Même si finalement, je modifie un peu le déroulement sur le moment, je sais toujours où je vais car je suis bien préparée.

Varier les supports et les activités

Capter l’attention de la classe, en soit, ce n’est pas compliqué, la maintenir est une autre histoire.

Il est donc important de varier les supports proposés aux élèves pour rentrer dans la leçon. Une vidéo longue sera fractionnée de manière à placer des commentaires judicieux, ou par exemple à ouvrir une discussion.

J’alterne les phases à l’écrit et les phases orales, le travail individuel et celui en groupes.

Les activités manuelles permettent une concentration maximale. En effet, l’élève mesure les effets concrets de son apprentissage, cela capte son attention. On voit tout suite la nécessité d’avoir bien préparé sa séance. L’enchaînement ne peut se faire au hasard pour qu’il ait un véritable impact dans l’acquisition du savoir.

Chaque point, quel que soit sa forme, doit coller à l’objectif pédagogique que l’on s’est fixé. Une séquence peut durer un trimestre entier, sur un thème donné, plusieurs compétences sont sollicitées. Cependant, il est important pour l’enfant de savoir ce qu’il fait, et pourquoi il le fait.

Maintenir l’intérêt sur la durée, implique de toujours donner du sens au cours.

En conclusion

On retiendra que pour capter l’attention des élèves, il est nécessaire de :

  • Mettre en place un milieu propice à l’apprentissage
  • Montrer l’exemple, en adoptant une gestuelle en accord avec ses intentions
  • Moduler le timbre, la tonalité, et l’intensité de sa voix
  • Bien préparer sa séquence
  • Varier les activités, et les supports

Si vous avez des conseils ou si vous utilisez des astuces en classe, partagez-les en commentaires.

Si vous pensez que cet article peut aider certains de vos collègues, partagez-le sur vos réseaux sociaux 😉

Ce serait un plaisir de découvrir votre opinion. Exprimez-vous ici :

      Ajouter une réponse

      Réinitialiser le mot de passe