Qui est Celine Alvarez ?

Une femme unique en son genre, une femme de tête et de cœur. C’est l’histoire en bref de Céline Alvarez, linguiste de métier, auteure et conférencière. Découvrez le portrait de cette femme qui fait beaucoup parler d’elle dans le monde de l’éducation.

Un parcours scolaire laborieux

Céline Alvarez a vu le jour en 1983, à Argenteuil, dans le Val-d’Oise. Sa mère est employée de banque et son père, ouvrier tourneur-fraiseur. Ses années sur les bancs d’école sont plutôt ardues mais elle se rend tout de même jusqu’au baccalauréat.

Au terme de ses études, elle cherche son chemin. Elle hésite entre le théâtre et la communication.

Elle se décide finalement à s’envoler vers l’Espagne, pays d’origine de son père, pour donner des cours de français.

Premier déclic : l’enfant en situation d’apprentissage

Cette expérience l’amène à s’intéresser au bilinguisme chez les enfants. Son premier déclic survient lorsqu’elle cherche à comprendre ce qui se passe précisément dans le cerveau des enfants bilingues et à appréhender la manière dont ils pensent.

Que peut-on observer dans le cerveau d’un enfant lorsqu’il apprend? Pour obtenir des réponses à ses questionnements, Céline Alvarez passe un master en sciences du langage par correspondance offert par l’Université de Grenoble.

Second déclic : la méthode Montessori

En 2008, de retour en région parisienne, elle amorce une recherche d’emploi, question de gagner sa vie. Ses démarches la conduisent vers une école privée Montessori. Au cours d’une visite de l’institution, elle fait la découverte de lettres rugueuses, une sorte de jeu de cartes imaginé il y a près d’un siècle par la docteure Maria Montessori (1870-1952) pour inciter les enfants à se familiariser avec les lettres de l’alphabet de manière sensorielle.

C’est le second déclic.

Il n’en faut pas plus pour que Céline Alvarez se précipite dans une librairie pour faire l’acquisition de tous les ouvrages de la pédiatre italienne et les consultent avec grand intérêt.

Sa mission lui paraît soudainement plus limpide.

La methode Montessori connaît depuis quelque temps un regain d'intérêt. Elle attire de plus en plus de parents en quête d’un enseignement alternatif de ...

LIRE LA SUITE

Vers une démarche éducative revue et corrigée

Fortement attirée par les sciences du développement humain, la jeune femme passe en 2009 le concours des écoles à titre de candidate libre. Elle a un projet en tête, celui de tester une démarche éducative qu’elle juge plus adaptée, celle probablement dont, petite, elle aurait bien voulu profiter.

Elle est fermement convaincue que le système scolaire, dans sa forme actuelle, anéantit chez l’élève le désir d’apprendre, le contraint à un fonctionnement inadapté qui fait obstacle aux principes d’apprentissage et d’épanouissement humain. Celine est d’avis que l’être humain est pourvu d’une capacité innée à penser, créer, partager et que ledit système ne fait que saborder ce potentiel. Elle déplore le fait que certains jeunes, pourtant brillants, qui, ne parvenant pas à se fondre dans le moule, décrochent et risquent d’altérer ainsi leur qualité de vie.

Elle affirme haut et fort que l’école bride les envies, freine les élans d’enthousiasme et fabrique des adultes désenchantés, exempts de couleur. Elle-même – qui semble présenter les caractéristiques des personnes à haut potentiel – a passé son bac sans entrain et son master de linguistique, elle l’a fait par correspondance…

Une expérimentation concluante

La passation du concours offre l’opportunité à Céline Alvarez d’entrer dans le système éducatif afin de mettre son projet à exécution, soit de pouvoir évaluer in situ l’impact d’une pédagogie plus conforme aux procédés naturels d’apprentissage. Elle n’a nullement l’intention d’enseigner.

En 2011, elle obtient de la part de Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’enseignement scolaire au ministère de l’Éducation nationale, une carte blanche pédagogique. Elle est alors affectée à l’école maternelle Jean-Lurçat de Gennevilliers pour amorcer l’expérimentation.

Après trois ans, l’Éducation nationale décide de ne pas renouveler l’expérience malgré le fait que celle-ci aurait eu des répercussions positives et supérieures aux attentes sur la personnalité et les compétences cognitives des enfants. Tests scientifiques à l’appui et à la grande surprise de leurs parents, les enfants présentaient un plus important degré de calme, d’autonomie, de confiance en eux, d’autodiscipline et avaient développé des qualités sociales surprenantes.

Céline Alvarez présente sa démission de l’Éducation nationale. Cette interruption de la part du ministère est souvent erronément présentée comme inopinée mais Céline Alvarez expliquera que la durée de trois ans était prévue dès le départ avec ce dernier et qu’elle a d’autres projets dans ses cartons.

Des enfants en difficultés scolaires et malheureux Qu'est-ce qui a incité Céline Alvarez à réaliser son expérimentation à Gennevilliers, dans une classe ...

LIRE LA SUITE

Sa mission se poursuit via Internet

Céline Alvarez poursuit sa mission avec la fougue qu’on lui connaît. Depuis 2014, elle élabore des outils pédagogiques, forme des enseignants, recherche de nouvelles avenues d’expérimentation et diffuse le fruit de ses trouvailles par l’intermédiaire de son site Internet à l’aide de textes, de vidéos et de conférences. Son blog connaît un succès fulgurant. En trois ans, il a capté l’intérêt de deux millions d’internautes.

celine alvarez en conferenceElle partage avec ses visiteurs son inquiétude face à ce constat alarmant : 40 % des enfants – soit environ 300 000 – sont en situation de difficulté d’apprentissage, voire d’échec, à la sortie du CM2.

Ils sont aux prises avec d’importantes lacunes qui mettent en péril la poursuite d’une scolarité normale au collège. Outre la gravité de ce constat, Céline Alvarez dénonce l’inertie dont font preuve les principaux acteurs pour enrayer ce fléau qui détériore la qualité de vie présente et future de toutes les personnes impliquées.

Elle est d’opinion que la solution est pourtant à portée de main.

Le jeune être humain est doté d’une intelligence plastique phénoménale. Son cerveau effectue des milliards de connexions neuronales à partir de ses expérimentations journalières à répétition et ce, sans aucun effort excessif. Cette plasticité requiert pour donner son plein rendement un cadre familial et scolaire de qualité.

Les résultats sont d’autant plus favorables lorsque l’enfant se concentre sur des activités qui le motivent, entouré d’enfants plus jeunes et plus âgés, dans un environnement rassurant, encourageant et affable, au sein duquel il a la ferme conviction d’être apprécié plutôt que jugé. Céline Alvarez est persuadée que le meilleur se love dans le cœur du bambin et n’attend que le soutien d’un adulte pour l’exprimer.

Trompeuse fragilité

On croit la jeune femme fragile. En réalité, elle est coriace, quelque peu rebelle, c’est une battante. Pendant huit ans, elle a mis en sourdine sa vie sociale et son désir de maternité. Sa volonté d’accomplir jusqu’au bout sa mission, celle de faire découvrir les lois naturelles de l’apprentissage, a pris toute la place.

Ses parents l’ont vivement encouragée à ne jamais se complaire dans une existence pavée de frustrations. Ils l’ont incitée à se battre, à se relever après une chute, à garder à l’esprit que tout est possible quand on refuse de baisser les bras.

Leurs enseignements ont porté fruit. En septembre 2016, dans un essai captivant intitulé Les lois naturelles de l’enfant, elle fait part de sa démarche visant à repenser un enseignement en fonction des aptitudes naturelles des enfants.. Ce livre lui vaut d’être lauréate du Prix Psychologies-Fnac 2017.

Ce serait un plaisir de découvrir votre opinion. Exprimez-vous ici :

      Ajouter une réponse

      Réinitialiser le mot de passe